Dr J.Jacques CAMPI

Né sur la frontière bordant la méditerranée (Menton), mes influences furent doubles, complémentaires, reliant deux cultures, finalement assez proches ; La Latinité et la nécessité de l’eau, l’eau de la mer.

L’Université me conduit à découvrir le vivant dans l’expression de la maladie ; l’Anatomie et la Chirurgie en furent les conducteurs.

Pratiquer la médecine de terrain fût la découverte multiculturelle (Ile de la Réunion- Océan Indien), que chaque système médical se définit par sa culture, sa philosophie, ses règles diagnostiques et sa thérapeutique.

Les mains, sont les seuls instruments sensibles et perceptibles qui nous permettent de créer une interface « intelligente » entre touchant et touché.

L’Ostéopathie m’autorise cette dimension énergétique du lien avec le patient.

Une fenêtre s’est ouverte, au cours de ma formation hétéroclite, entre l’Anatomie- Structure et la Physiologie-Fonctions, entre le visible et l’invisible qui se joue dans la symphonie de notre économie d’énergie, de nos adaptations.

J’ai choisi la perception (Tissulaire et Biodynamique) qui me correspondait au mieux pour approcher la globalité du patient, de l’individuel au sein de chaque personne.

Ce n’est qu’une tentative chaque fois incomplète, du fait de la complexité du vivant.

Ma démarche au quotidien :

Faire des liens entre « Les systèmes de pensées », mais aussi entre les systèmes biodynamiques qui sont la base de notre adaptation et de notre défense essentielle ; l’immunité, unique pour chacun de nous sur des bases communes.

Un élève de Andrew Taylor Still, le révélateur de l’Ostéopathie, résumait dans les pas de son maitre ce que l’Ostéopathie contient d’essentiel :

« Il ne pensait pas à partir du livre, mais à partir de l’événement en mouvement, voilà toute la différence ! » (Ernest TUCKER)

Une Philosophie est nécessaire à tout raisonnement, à toute démarche scientifique, d’autant plus dans l’approche du Vivant.

Le philosophe Gilles DELEUZE, convient à ce parcours d’un médecin curieux, fasciné par la dynamique de la vie.

« Si la philosophie existe, c’est qu’elle a son propre contenu.

Le contenu de la philosophie est tout simple ; la philosophie est une discipline aussi créatrice, aussi inventive que tout autre discipline.

La philosophie est une discipline qui consiste à créer, à inventer des concepts. »

Le titre de cette prochaine exposition de Séville, « Integr’Expo », m’a interpellé.

Je me suis senti appelé à proposer une vision globaliste de ce qui fait l’identité d’un patient, d’une personne, d’un être en recherche d’équilibre.

Selon Paul RICŒUR, « C’est par le récit de vie que l’on comprend l’identité. »

La ligne de vie, est le conducteur essentiel de la proposition du soin que nous tenterons, avec raison, pour une personne unique.

Anatomie et Physiologie intégrative.

Nous apprenons, nous voyons, nous raisonnons pour une personne en demande de soins.

Comment respecter l’intégrité d’un patient unique sans le percevoir de façon analytique ?

La perception de nos sens (Au moins cinq…) s’organise dans notre esprit en concepts ; une représentation mentale de ce que la mémoire nous rappelle, L’apprentissage et le vécu. Mais aussi une perception du réel par les émotions qui se transforment en sentiments. C’est le libre arbitre.

Une intelligence artificielle ne pourra jamais accéder à la dimension sensible, imaginaire, qui est individuelle à chaque être vivant.

-> L’intelligence ne peut être artificielle parce qu’il n’y a pas d’artifices dans l’intelligence.

Quelques anciens visionnaires et pionniers, avaient prévenu que l’Anatomie et la Physiologie sont des connaissances plus dynamiques, reliant les organes qui communiquent de façon informative, par le seul fait que LA CELLULE est organisée dans ce sens ; l’échange et le lien.

Nous connaissons l’Anatomie de façon descriptive et parfaite.

La Physiologie est moins visible, c’est la partie immergée de notre corps flottant, en équilibre instable. C’est pourtant elle qui rend l’Anatomie vivante, expressive.

L’intégration des fonctions au sein de la structure du vivant, se déroule depuis la fusion des deux premières cellules constitutives d’une fécondation, menant à une combinaison génétique unique, dont l’expression ne sera qu’un arbitre temporel, de la dynamique d’un être vivant.

Cette mise en place des fonctions est possible par la Tenségrité qui rapproche ou sépare la somme des parties de notre Anatomie dans le même volume, selon des modèles sphériques.

L’anthropologie nous renseigne sur l’apparition des fonctions dans un corps toujours en adaptation face à l’environnement, soumis aux forces universelles d’attraction et de gravitation. C’est l’évolution qui a permis qu’un esprit habite un corps.

L’embryologie démontre que l’Embryon puis le fœtus est « fonctionnel » dès le 90 ème jour de sa croissance dans le déplacement des cellules. Des fonctions primaires préparent des liens plus subtils entre les organes vitaux.

Intégrer, c’est donc respecter la totalité (structure et fonctions), tout au long des cycles de la vie, globalité différente par les informations qu’elle reçoit du milieu dans lequel nous évoluons, différentes et indifférentes selon l’expression des sexes.

L’intégration, c’est penser et raisonner selon une philosophie du vivant qui respecte toutes les données de la connaissance qui prennent sens dans l’intelligence naturelle du vivant en perpétuelle recherche de SA santé, de son adaptation permanente à l’évolution.

Intégrer, c’est embrasser la confiance que l’Homme, unique, donne à sa vie.

Dr J.Jacques CAMPI

Interventions lors du Congrès

Table ronde

12/10/2023
de
15h30
à
17h00

Santé Intégrative : De quoi parle t-on ? (Grande table ronde)

Table ronde

12/10/2023
de
17h30
à
19h00

Santé Intégrative : De quoi parle t-on ? (Grande table ronde)

Conférence

13/10/2023
de
08h00
à
09h30

Anatomie et physiologie en medecine intégrative

Atelier

13/10/2023
de
17h00
à
18h30

Anatomie et physiologie en Ostéopathie intégrative